• Les Chocs En 2014

  • Le Meilleur Lutteur De La Saison

  • Sa Thies : Le Terrible !

  • Malick Niang Alias DEMOLITION MAN !

  • Vous Avez Dit Baleine ?

  • C’est Lui, C’est Le Fils De De Gaulle !

  • Le Lutteur du mois : Thiaat (Boy Bambara)

  • Que deviens-tu ? Toubabou Dior N°2

  • Rétro : Mbaye & Tapha Gueye

  • Le Roi des arènes

  • Méta

Historique Des Structures

Les structures de gestion de la lutte et du sport au Sénégal en général sont de deux types :

soit la gestion est de type fédéral (gestion démocratique de la chose sportive);

soit la gestion est de type d’exception (CNG suite à une crise, le ministre prend un acte ou un arrêté pour nommer un comité pour régler la question sportive.
Les dates suivantes jalonnent les différentes structures de gestion de la lutte de1959 à nos jours :

– 1959 création de la première fédération ;

1959 à 1969 gestion fédérale ;

– en 1969 avec l’ancien haut commissaire du sport sous la direction de Lamine Diack crée la première structure d’exception au niveau de la lutte

– en 1971 sous la présidence de Boubacar Seck ;

– de 1971 à1977, retour de la gestion fédérale avec comme président Guirane Ndoye ;

– de 1977 à 1986 retour à la structure d’exception (CNG) sous Magatte Birame Sarr et Mamadou Beye ;

– 1990 marque la réforme de Abdoulaye Makhtar Diop qui consistait à prendre en compte les autres formes de lutte (lutte sans frappe et lutte olympique) et la gestion séparée par la mise en place de deux structures distinctes, à savoir :

Le CACLAF (Comité d’Administration et de Contrôle de la Lutte avec Frappe)

Moulaye Idriss.

Le CNPLA (Comité National Provisoire de la Lutte Amateur) Cheikh Tallibouya Thiaré

Cette réforme n’a pas connu beaucoup de succès.

En 1994, avec la venue d’Ousmane Paye, une journée d’étude fut organisée à l’Hôtel Novotel afin de réfléchir sur les destinées de la lutte. C’est sur cette base que les techniciens conviés à cette rencontre ont suggéré un retour à une gestion de type d’exception (CNG). L’actuel a été installé par l’arrêté ministériel n° 2020, du 21 Mars 1994 et pour une durée de deux ans. Cet arrêté a été modifié et prorogé par l’arrêté 228 du 17 Janvier 1997 et pour une durée de deux ans.

Le but de cette prorogation est de permettre à l’ensemble des sensibilités de la lutte d’arriver à une gestion de type fédéral.

Source : Jules Pascal Senghor (Mémoire De Maîtrise S.T.A.P.S) 2007.

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :