• Les Chocs En 2014

  • Le Meilleur Lutteur De La Saison

  • Sa Thies : Le Terrible !

  • Malick Niang Alias DEMOLITION MAN !

  • Vous Avez Dit Baleine ?

  • C’est Lui, C’est Le Fils De De Gaulle !

  • Le Lutteur du mois : Thiaat (Boy Bambara)

  • Que deviens-tu ? Toubabou Dior N°2

  • Rétro : Mbaye & Tapha Gueye

  • Le Roi des arènes

  • Méta

Gris-Bordeaux

Gris Bordeaux est le lutteur qu’on n’attendait pas, selon le président de l’écurie de Fass

 

Le président de l’écurie de Fass, Momar Ndiaye, appelé à dresser le portrait d’Ibrahima Dione plus connu sous le sobriquet de Gris Bordeaux, marque plusieurs temps d’arrêt et s’interroge pendant longtemps, tellement il a des choses à raconter sur ce lutteur pas comme les autres.

 

‘’Si je vous disais que c’est peut-être le gars qui n’était pas taillé pour la lutte, vous ne me croirez probablement pas puisque Gris (Bordeaux) est le fils d’un grand érudit qui a été l’imam de la mosquée El Mansour’’, a-t-il avancé, estimant que le prochain adversaire de Balla Bèye 2 aurait dû attendre des clients, probablement des lutteurs, assis sur sa natte de prières.

Devenant plus précis, le président de l’écurie de Fass, par ailleurs président de la Jeanne d’Arc de Dakar insiste : ‘’je ne peux pas dire qu’il a une connaissance parfaite du Coran mais il est allé loin dans la compréhension du Livre sacré pour perpétuer la tradition familiale’’.

‘’C’est le défunt khalife général des tidianes, Abdoul Aziz Sy Dabakh qui a intronisé le père de Gris Bordeaux imam’’, a rappelé Momar Ndiaye.

Et pour ces raisons, le président de l’écurie n’est pas surpris de la propension du jeune lutteur à vouloir partager ses cachets en faisant des dons à la pouponnière de Dakar mais aussi en faisant des descentes dans les structures hospitalières de la capitale.

‘’C’est un enfant du daara (école coranique) et quand tu passes dans ces lieux, tu comprends ce que c’est le partage et l’humilité’’, a-t-il dit, estimant que ‘’personnellement, c’est cette facette du jeune que j’apprécie le mieux’’.

Qualifiant Gris Bordeaux de ‘’très humble et à l’écoute de toute personne pouvant lui apporter quelque chose’’, il estime que ‘’les gens avaient vite compris que c’est un adepte du travail et comme le ndongo daraa qu’il a été, il boit les connaissances comme une éponge’’.

Sans aller jusqu’à dire qu’il est une fabrication de Moustapha Guèye, Momar Ndiaye souligne qu’il a été ‘’toujours sous l’aile protectrice de ce dernier qui n’a ménagé aucun effort pour lui inculquer les ficelles, les trucs et astuces de la lutte’’.

Dans la vie comme dans la lutte, il a accepté son statut d’apprenti et sans oublier qu’il sera appelé à montrer ce qu’il a appris dans un futur pas très lointain.

Pas seulement dans le sport qu’il affectionne et qui est devenu son gagne-pain mais aussi dans la vie de tous les jours, a ajouté Momar Ndiaye soulignant que Gris Bordeaux travaille à montrer aux autres jeunes de sa génération qu’il est ‘’possible de rester ici au Sénégal et réussir sa vie’’.

‘’En dépit de son jeune âge (26 ans), il est très conscient de la chance d’être sous les feux de la rampe. Il a très tôt compris qu’il a le devoir donner le bon exemple surtout dans ces moments d’incertitude avec des jeunes de son âge bravant l’océan pour aller à la quête d’un hypothétique Eldorado’’, a indiqué Momar Ndiaye selon qui, ‘’tout cela explique parfois sa fougue et sa rage de vaincre pour montrer l’exemple’’.

Momar Ndiaye a en outre affirmé avoir connu ‘’le jeune lutteur, un jour de défaite’’. Il avance n’avoir pas été surpris personnellement qu’il soit à ce niveau et ‘’puisque c’est un perfectionniste, nous savons qu’il n’a pas besoin de d’être motivé pour aller de l’avant’’.

‘’Il est conscient de l’importance du combat de dimanche dans sa carrière qui pourrait prendre un tournant décisif dans l’arène et personnellement, jouer plus facilement le rôle qu’il souhaite avoir’’, a ajouté le président de l’Ecurie de Fass, notant que Gris Bordeaux n’a pas encore huit ans avec la structure de lutte.

‘’Mais en dépit de tout cela, il sait que tout le monde attend qu’il assume la relève et perpétue la tradition de notre écurie’’, a indiqué Momar Ndiaye au sujet de son poulain, jeune marié voulant porter les attributs de futur roi des arènes sénégalaises.

Cela passe forcément par une victoire sur Balla Bèye 2, ce lutteur qui symbolise la rigueur et le courage.

Source : APS

 

Commentaires

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :